Homélie du père Labaky prononcée le jours des obsèques de René Péchard

Category: 1976 – 1988, Historique 10

Homélie du père Labaky prononcée le jours des obsèques de René Péchard

   « " II dort… mais son cœur veille. " Cette phrase du Cantique des Cantiques concernant le Bien-Aimé s’applique parfaitement au " Bien-Aimé " des " Enfants du Mékong ", monsieur Péchard, plus connu sous le nom de Tonton, qui vient de nous dire "A DIEU".  Je l’ai peu connu, mais je sais beaucoup sur sa vie. Il n’a pas beaucoup parlé. Il n’a pas beaucoup écrit. Nous le ferons à sa place. Mais il a beaucoup aimé. Nous espérons en ce domaine suivre sa trace. « Tonton est reparti chez son " Père " aussi discrètement qu’il a vécu chez ses " fils ". La joie qu’il a semée dans les cœurs de milliers d’enfants asiatiques privés de leurs jardins de tendresse reste l’argument irréfutable que les " saints " vivant parmi nous sont aussi opérateurs de miracles que Dieu Lui-même, puisqu’ils savent travailler avec Lui, par Lui et en Lui.

  «Tonton n’a pas fait de discours pour stigmatiser le mal, il a retroussé ses manches pour réduire les effets du mal, exactement comme le Bon Samaritain. Tonton ne s’est même pas attardé à " philosopher " sur les causes du mal; il s’est simplement dressé dans la tourmente pour être là, avec ses petits moyens et son  grand cœur. Ne pouvant donner ce qu’il a, puisqu’il n’a rien, il a donné ce qu’il est… c’est-à-dire tout. Et, à partir de ce don de soi, l’histoire des " Enfants du Mékong " commence.
 

  
« En se penchant sur ces enfants de la peur et de la détresse, Tonton a ouvert les cœurs de ceux qui ne sont pas malheureux. Il avait sur les riches le même regard que Jésus sur Zachée. Il n’a jamais condamné. Il savait que l’amour dénoue tous les obstacles. Et, avec sa transparence, sa douceur, son humilité et son authenticité, il a pu prendre en charge le parrainage de trois mille enfants en Thaïlande grâce à la générosité régulière des riches et des moins riches, tous riches de l’amour de Dieu et du prochain.
   « Dans son cœur palpitait le cœur de Dieu. Ainsi Tonton est devenu la preuve évidente que Dieu agit dans le monde à travers ceux qui ont accepté d’ouvrir leurs cœurs pour être une oasis de paix dans ce grand désert de l’indifférence du monde moderne.  II est devenu un de ces témoins de l’Invisible, un de ces géants de l’Espérance, un de ces dompteurs de l’impossible à qui nous devons encore de sourire et de trouver un sens à la vie.

 
   « La presse dit que monsieur Péchard est " mort ". Ce mot n’existe pas dans notre dictionnaire de croyants en l’Immortalité. Monsieur Péchard dort… Son âme est légère parce qu’il a beaucoup aimé sur terre en soulageant la misère des autres, en les aimant comme s’il les avait enfantés. Nous ne le verrons plus ici. Tant mieux. Nous le voyons désormais partout. Il habite nos cœurs comme nous habitons le sien, comme les saints. Pour nous, c’est un saint!
  (l’Association » est ) le miracle de sa vie. Ses enfants peuvent témoigner qu’il habitait déjà le Ciel, ici-bas, et que le Ciel l’habitait.

 
  « Si nous avons perdu en lui un pilier, nous avons gagné en revanche un médiateur. Nous le prions bien plus que nous ne prions pour lui, lui qui maintenant voit tout et sait tout, et qui est auprès de Celui qu’il a tant aimé en aimant "les plus petits de ses frères", qu’il a fidèlement servis et si intimement compris.

 
Du Ciel, Tonton jouit de ce même état de grâce dans lequel, pour les autres, son cœur saignait en permanence… »
 

Related Articles