Rapport moral 2012

Category: Rapports moraux, Vie de l'institut 8

L’Institut du Fleuve en France et en Asie

4 rue Chopin F 92120 Montrouge – tél : 01 49 85 85 90- mail : contact@institutdufleuve.com

Rapport moral 2012 – Cinquante ans d’action humanitaire

 

 

 

 

 

En France, Une situation radicalement nouvelle avec l’arrivée massive d”étudiants  venus poursuivre leurs études dans notre pays.  Ce ne sont plus des réfugiés mais des passants le temps de boucler un cursus. Ils se débrouillent comme ils peuvent face à des difficultés rendues plus aigues par la crise économique et les inquiétudes de l’opinion. Les renouvellements des cartes de séjour sont soumis à des conditions d’hébergement et de ressources difficilement compatibles avec les études. Livreurs de pizzas, plongeurs dans les restaurants, veilleurs de nuit, exploités trop souvent par des employeurs peu scrupuleux ou des marchands de sommeil jusque dans les chambres de bonnes des beaux quartiers.  Beaucoup ne mangent pas à leur faim, beaucoup prennent dangereusement sur leur sommeil, leur santé. Ils observent, se taisent et jugent ce qui se passe chez nous. Ces jeunes sont les proies toutes désignées de toutes les arnaques, de toutes les tentations, de toutes les dérives. Le moindre incident peut tourner au drame. Ces drames, nous les vivons avec eux…

 

 

Nous connaissons les urgences des hôpitaux, les rétentions administratives et parfois même les parloirs de prison, les commissariats de police, les internements psychiatriques, les conseils de discipline. Il s’agit le plus souvent de malentendus qu’une simple intervention suffit à dissiper. Nous avons découvert des jeunes entassés dans de minuscules chambres de bonnes, d’autres cachés dans des placards du treizième arrondissement. Nous avons passé des heures de queue pour d’improbables cartes de séjour, accompagné à nos frais au Vietnam des malades et même des urnes funéraires. Nous nous réveillons la nuit pour consulter des SMS en forme d’appel à l’aide.

Des bébés sont nés qui, sans notre aide, n’auraient pas vécu. Nous n’avons ménagé ni notre peine, ni notre temps, ni nos faibles moyens, harcelant nos amis, risquant nos famille… Nous n’avons jamais renvoyé personne et nous avons plusieurs fois reçu des demandes d’expulsion émanant de propriétaires sans cœur.

Nous organisons chaque année un forum de rentrée pour les nouveaux arrivants (environ cinq cent participants), nous éditons un guide de l’étudiant, nous gérons le plus important site Internet mondial en vietnamien (22 000 inscrits).

Nous fêtons les succès, BTS, DUT, licences, masters, diplômes d’ingénieurs si lourds de travail acharné, de sacrifices. Nous sommes témoins de mariages, d’ordinations. Nous nous réjouissons des naissances et parrainons des baptêmes en France, mais aussi lors des retours dans le pays natal.

 

 

En Asie, l’aide matérielle est toujours nécessaire même si la situation tend à s’améliorer au prix d’énormes disparités. Nous poursuivons donc les parrainages, et divers programmes de développement.

Les neveux de Yersin: Sous ce label, nous parrainons des études de professionnel(les) de la santé, médecins, infirmières etc.…essentiellement dans le cadre de congrégations religieuses consacrées aux populations les plus pauvres.

Subsidiarité. Par respect pour les personnes et pour tenir compte de l’arrivée des étudiants venus en France poursuivre leurs études, avant de retourner dans leur pays d’origine, nous privilégions le principe de subsidiarité qui veut que nous ne nous substituions pas à eux dans leurs responsabilités (plus d’envoi de jeunes Français sur place). C’est aux jeunes asiatiques (en particulier à ceux qui envoyés par leurs évêques pour faire leurs études en France), qu’il appartient de gérer nos programmes. Les aider durant leurs études en France, c’est préparer l’avenir de leur pays.

 

Ces étudiants que nous accueillons sont nos ambassadeurs lorsqu’ils rentrent dans leurs pays d’origine… des ambassadeurs écoutés car ils rapportent ce qu’ils ont vu, ils disent comment ils ont été reçus, ils comparent les déclarations et les actes…

 

2013 Nouvelle implantation

Nous venons de déménager[1] dans des locaux mis à notre disposition à cent mètres de la station de métro « Chatillon-Montrouge ». Nous ne pouvons y loger que peu de jeunes alors que les difficultés de logement en région parisienne ne font que se détériorer. Les inévitables frais de fonctionnement déjà faibles, ont encore été réduits (bénévolat absolu, locaux gratuits…). Les dons proviennent d’amis souvent très anciens, en majorité, mais pas seulement, en provenance de  la communauté vietnamienne en France particulièrement mobilisée par la délégation de Marne la Vallée.

Elle peut être grande la tentation de laisser tomber devant les difficultés… Mais exciper de la crise économique pour laisser tomber les plus pauvres qui en sont les premières victimes, ce serait trahir plus de cinquante années de compagnonnage avec les populations du Sud Est Asiatique. Etre fidèles, c’est s’adapter .

 

Grâce à vous, amis de l’Institut du Fleuve, nous n’abandonnerons jamais… jamais !

 

Jean-Claude Didelot

 

 

 

Président de l’Institut du Fleuve

 

 


[1] Grâce à la magnifique mobilisation des jeunes et des anciens qui ont tout fait eux-mêmes.

Related Articles