Le temps des Boat People

Category: 1968 – 1976, Historique 22

1975. Un petit groupe à la solde du gouvernement communiste s’empare de l’Association pour la Protection de l’Enfance au Laos et contraint René Péchard à la démission. Il devient Président de ASPEL France qui prend l’année suivante le nom de « Enfants du Mékong ».

Enfants derrière les barbelés
Un réseau, certes pas de renseignement, mais d’amitié
La reconnaissnace

Sans attendre, René Péchard fait en 1975, le tour des communautés de réfugiés laotiens et cambodgiens. Il y retrouve de nombreux anciens de nos foyers, et d’autres qui n’avaient pas fait appel à nous au Laos parce que leurs parents disposaient des biens nécessaires. Tous ces gens se retrouvent au même point de détresse et de pauvreté. Les enfants de paysans côtoient les fils de ministres et de généraux. Tous ont de bonnes raisons de quitter le pays où la « rééducation » a commencé… Il s’évertue à faire rapatrier vers la France de nombreux jeunes en cours d’études. Nous ne sommes heureusement pas les seuls à nous occuper de ce drame des réfugiés du Sud-Est asiatique et il décide de s’occuper en priorité du sort des jeunes Asiatiques sur le territoire français, sans pour autant abandonner les camps de réfugiés …

 

Le drame des boat people commence. Sous l’impulsion de René Péchard qui y retournera de nombreuses fois, l’association s’investit totalement aussi bien dans les camps de réfugiés de Thaïlande que dans l’accueil en France.

 

Septembre 78. Premier numéro de la revue « Enfants du Mékong ».

 

Novembre 78. Décès de Na. Ce drame sera à l’origine de la Fondation de la maison d’éditions « le Sarment » qui abrite la collection « Enfants du Fleuve ».

 

1983. Achat d’un local au 60 Boulevard du Montparnasse. L’association y transfère son siège social.

1968 – 19761-back.gif 1-next.gif1983 – 1988

Related Articles