Respect

Category: 2001 … Institut du Fleuve, Historique 7

Respect


 

« Je n’ai jamais été préoccupé beaucoup par les questions d’argent.. Quels que soient les avantages matériels qui peuvent nous être offerts, nous ne devons nous lier à aucun parti politique, chacun a son opinion, peut appartenir à un parti, mais ce doit être discret et jamais l’association ne doit être mêlé aux opinions de ses dirigeants. »

 


 
(Note manuscrite remise à Jean-Claude Didelot)

 

*

*     *


 

« Notre chapelle constitue pour moi le cœur de notre œuvre, mais je ne voudrais pas qu’on en tire la conclusion que la conversion au christianisme fait ici partie du contrat pour nos jeunes. Il n’en est rien… De même que nous respectons leur passé et leur culture, nous ne voulons en aucune façon faire pression sur leur conscience. Ils savent que je suis chrétien et que mon adhésion au Christ est l’acte fondateur de mon action, mais ils gardent leur religion et ne viennent à la foi chrétienne qu’à l’issue d’un cheminement personnel dans lequel je n’interviens, moi ou mes collaborateurs immédiats comme Jean-Claude Didelot, que lorsque les jeunes en font la demande expresse. Ma motivation fondamentale de fils de Dieu, je l’ai exprimée dans une lettre. Je crois, pour dissiper toute équivoque, qu’il serait bon qu’elle fasse partie, cette lettre, de ces pages qui me, qui nous racontent.

 
   « C’est parce que je crois en Dieu, parce que j’ai toujours cherché Dieu à travers mon prochain, que j’ai toujours pensé au Christ souffrant sa Passion quand j’ai vu les enfants miséreux ne pouvant s’instruire et se soigner, que je pense au Christ quand je vois aujourd’hui des réfugiés derrière les barbelés, les souffrances de tous les boat people, les blessés des frontières cambodgiens et laotiens, que l’Association est née. Je n’ai pas pour autant voulu faire de ce groupement d’amitié une structure confessionnelle. Nous avons affaire, parmi tous ceux que nous aidons, à une majorité de bouddhistes, d’animistes, des gens croyant à tel ou tel esprit. Mon souci a été de montrer ce qu’était le visage de Dieu en transmettant Son amour, mais en laissant chacun libre de sa foi.

 
   « Nous avons eu chez des jeunes gens, chez des jeunes filles, de véritables conversions. Nous avons eu la joie d’assister à des baptêmes. Mais ces conversions, dont j’aime à me souvenir, se sont accomplies sans aucune pression, en tout cas voulue. Récemment, lors d’une réunion, une dame m’a questionné : " Mais pourquoi donc faites-vous tout cela ? " Je lui ai simplement répondu :

 

«  Parce que je suis chrétien et que je veux le devenir de  plus en plus! Je crois et c’est parce que je crois que j’agis. C’est parce que je crois que j’ai trouvé la force de surmonter les difficultés rencontrées : l’Association a grandi parfois dans la douleur… C’est aussi parce que je crois que j’ai pardonné à tous ceux qui se sont mis en travers de ma route et que j’ai conduit la plupart de nos adversaires à nous regarder avec amitié. »


 
( Extrait de l’enregistrement confié par René Péchard à Jean-Claude Didelot. Voir « Piété Filaile » Page 285)  

Related Articles